Le blog de Patrice Schmink

Parlons de la vie !

ET SI NOUS SAUVIONS LA PLANETE

Nous sommes entré dans le processus de « la mondialisation » dont le but est strictement économique et se traduit par  »  l’exploitation à outrance de toute ressource lucrative « , dont

la ressource humaine exploitée sur deux axes:

  • Main d’oeuvre bon marché
  • Objet de consommation

et toutes les autres ressources naturelles dont l’exploitation dégrade et pollue la planète

Le monde est en pleine mutation, le système ne peut plus fonctionner comme avant.

La croissance illimitée dans un monde aux ressources limitées est impossible.

  • soit le peuple se libère des vieux schémas
  • soit le système capitaliste résiste et devient de plus en plus autoritaire (austérité, travail forcé et pauvreté).

Une révolution des modes de consommation est nécessaire.

Elle se traduit par l’émancipation et la sobriété dans tous les domaines de la vie tels que; alimentation, logement, santé, monnaie, transport, énergie, artisanat, agro-écologie, culture…

L’application des cinq principes suivants permet de changer le système actuel:

  • Le libre examen:

    étant sous influence (école, religion, médias et même les jouets de notre enfance) nous devons développer notre liberté d’esprit jusqu’à devenir maitre de notre existence. Remise en question de tout ce qui nous semble rigide: le système politique, le monde du travail, la finance

  • La conscience globale:

    un grand nombre d’entre-nous prennent conscience des enjeux environnementaux et sociaux

  • Le progrès éthique:

    certains sacrifient leur temps, leur argent et leur intelligence dans une idée qui sera profitable à tous. Ils ne cherchent pas à s’enrichir, leur but est l’émancipation du monde. Cela se produit dans tous les domaines (permaculture, open source, objecteurs de croissance*, toute invention dont la durabilité est réelle, des chartes éthiques, des initiatives d’information) chacun peu agir à son propre niveau. La gratuité, le don et le bénévolat financent le monde libre.

  • L’expérimentation collective:

    expérimenter des projets alternatifs en marge de la société marchande. Création, au niveau local, d’espaces imperméables à la logique financière, marketing ou industrielle. Dont la réussite dépend de l’investissement individuel de chacun. (Les lobbies vont la combattre).

  • La simplicité volontaire:

    « penser global, agir local »  chacun concrétise sa sobriété à son propre rythme. Adopter une auto-modération profitable à tous.

Voir la vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=TfCgdOfdYKw&desktop_uri=%2Fwatch%3Fv%3DTfCgdOfdYKw&nomobile=1

* Les objecteurs de croissance prônent, au plan individuel, la démarche dite de simplicité volontaire et, au plan global, une relocalisation des activités économiques afin de réduire l’empreinte écologique et les dépenses énergétiques.

 

Publicités

Un Projet Spirituel pour l’humanité

Je voudrais travailler à rendre les hommes plus profonds et meilleurs en les amenant à réfléchir sur eux-même. Je suis en désaccord avec l’esprit de ce temps, parce qu’il est plein de mépris pour la pensée.

L’homme moderne, surmené de travail, n’est plus capable de véritable recueillement et perd sa spiritualité dans tous les domaines. Or la renonciation à la pensée est la faillite de l’esprit.

A mon avis, il n’est d’autre destin pour l’humanité que celui qu’elle se prépare elle-même par sa manière de penser. C’est pourquoi, je ne crois pas qu’elle soit appelée à suivre jusqu’au bout la voie de l’effondrement

A notre époque où la violence, sous le masque du mensonge, occupe, plus menaçante que jamais, le trône du monde, je n’en reste pas moins convaincu que la vérité, l’amour, l’esprit pacifique, la douceur, la bonté sont des forces supérieures à toute force. C’est à elles que le monde appartiendra, pourvu qu’un nombre suffisant d’hommes gardent dans leur âme et pratiquent dans leur vie, avec pureté et constance, l’esprit de charité, de vérité, de paix et de douceur.

Toute violence a en soi sa limite car elle enfante la violence contraire qui tôt ou tard l’égalera ou la surpassera. Toutes les semences de bonté qu’un homme répand dans le monde lèveront un jour dans le coeur des autres hommes. C’est de notre part coupable négligence que de ne pas oser inaugurer résolument le régime de la bonté. Pauvres fous, nous voudrions soulever la masse pesante sans nous servir du levier qui centuple la force. Quelle profondeur dans le mot paradoxal du Christ « Heureux les débonnaires car ils possèderont la terre! ».

1951 – Albert SCHWEITZER – 71 ans.

Restaurez votre créativité !

creativite-couvrecto2

Un post pour vous annoncer que les livres de Céline sont désormais disponibles sur Amazon. Parmi eux « Restaurez votre créativité, accomplissez vous dans vos dons au quotidien », un manuel de développement personnel pour apprendre à penser positif et à attirer l’abondance dans sa vie.

Voici la quatrième de couverture:

« Méthode pour s’accomplir et découvrir ses dons. Ponctué des expériences de nombreux artistes, de souvenirs de reportages, d’anecdotes à l’enseignement positif, d’aveux mais aussi de principes, de challenges et d’exercices immédiatement applicables, ce livre – porteur d’une bonne dose d’humour – s’adresse à tous et il pourrait bien changer votre vie ! Bienvenue dans le monde de la Créativité, un monde intemporel où vous gagnerez enfin à penser à l’envers! »

Et le mot de l’auteur, particulièrement encourageant pour ceux qui ont du mal à s’accomplir ou à définir ce qui les empêche d’être heureux :

Le mot de l’auteur :

Certaines personnes semblent magnétiques. Tout leur réussi ! Du moins c’est l’impression qu’elles envoient aux autres et donc à l’univers… Que reçoivent-elles en contrepartie de tant de positivisme? Davantage de confiance et de magnétisme encore ! On dit que l’argent va toujours directement aux riches ? Que certaines personnes ont tous les dons ? Pourquoi ? Tout simplement parce que le don attire le don et que le bonheur attire le bonheur ! En pensant argent et abondance vous recevrez argent et abondance, en pensant manque et crainte, vous recevrez manque et crainte ! C’est facile ! Tout est possible à la pensée !

Pourquoi certains « people » venus de la cité, de pays en guerre, sans aucune autre possession qu’eux-mêmes brillent-ils désormais à Hollywood (et sans aucun piston !) ? Parce qu’ils ont mis en marche leurs dons et leur pouvoir d’action et de décision en étant créatifs ! Et parce qu’ils ont su donner pour recevoir bien-sûr ! Etre créatif n’est pas tenir un pinceau entre ses doigts et vouloir faire une œuvre géniale ! Etre créatif c’est être le créateur de sa propre destinée ! Si vous ne prenez pas en main votre vie, soyez certains que les autres s’en chargeront à votre place et que vous serez alors comme le bois flotté balloté au grès des vagues ! Votre chance de débarquer sur une plage paradisiaque au sable blanc et aux lagons bleus restera minime…

Faites-vous partie de ceux qui réalisent leurs rêves et maîtrisent leur vie ou de ceux qui croient à tord qu’il faut travailler dur pour y arriver ou pire des pessimistes qui craignent tout et qui s’inventent des problèmes ?

Le bonheur n’est pas inné ! Loin de là ! Il se travaille chaque jour. Pensez-vous, comme moi, que c’est bien malheureux de se forcer pour être heureux ? Il est pourtant si facile avec un bon coach de changer sa façon de pensée !

Alors que faire ? Comment fonctionne la loi de la Dime Spirituelle ?

Je peux vous l’expliquer. Je peux vous révéler les enseignements principaux de mon livre. Ils vous permettront de comprendre la base du processus d’abondance mais tout d’abord vous reconnaissez-vous dans les points suivants ?

♦ Vous laissez-vous démoraliser quand les autres critiquent vos projets ?

 ♦ Avez-vous tendance à vous disperser et à penser qu’en faisant trop de choses on ne fait rien de bon ?

 ♦ Pensez-vous à l’éventualité d’échouer avant même d’avoir entrepris ?

 ♦ Vous forcez-vous à composer avec tout le monde pour éviter les conflits ?

 ♦ La situation économique, la crise, les autres ont-ils eu raison de vos rêves d’entrepreneur, d’écrivain, d’acteur, d’artiste ?

Il vous faut être honnête avec vous-mêmes ! Vous reconnaissez-vous ? Vous sentez vous démuni face au temps qui passe sans que vos rêves  ne s’accomplissent ? J’ai remarqué que la plupart des gens n’osent pas rêver ! Employée dans un hôpital, je rêvais de devenir journaliste en religions ! Quel revirement de situation me direz-vous ! Je suis fière de dire que j’ai atteint ce rêve en moins de deux ans. Pendant 5 ans j’ai signé de nombreux articles de religion et de théologie dans des magazines connus d’habitude accessible aux doctorants et aux théologiens reconnus. Comment ? C’est, entre autre, ce que j’explique dans mon livre « Restaurez votre créativité, accomplissez-vous dans vos dons au quotidien » avec plein d’autres astuces pour atteindre facilement vos objectifs.

→ Oui, tout est possible à celui qui applique le principe de la Dime Spirituelle !

—————————-

Voici donc une lecture qui promet d’être passionnante !

Pour rappel, Céline est aussi la rédactrice du blog Chercheurs de bonheur qui cumule 300 visites par jour. il est basé sur la quête du bonheur dans la vie personnelle et professionnelle! N’hésitez pas à y faire un petit tour ICI.

Si vous souhaitez encourage l’auteur, vous pouvez acheter son livre LA.

Un investissement qui semble s’avérer fructueux et motivant au vu des retours des lecteurs !

restamazon

Danse et introspection

L’improvisation butoh est une forme de danse libre et naturelle qui nait des impulsions de mouvements par la suggestion, le fantasme, l’intention, le thème, l’ambiance visuelle ou sonore.

Céline dispense des cours qui proposent un travail d’émergence suivi d’une phase de recueil et de transmission des gestuelles infinies nées du butoh. Sa méthode permet notamment d’apprendre à « faire remonter » à la surface ressentis et gestuelles personnelles.

C’est tout un travail d’introspection et de renouvellement !

Son approche favorise le travail sur soi-même et affine la sensibilité artistique de celui qui danse. Ce processus permettra à l’artiste en quête de lui-même ou en quête de renouveau de développer son propre langage corporel, d’assimiler et de dépasser ses blocage… Mais ceci peut s’appliquer à tous !

Voici, par exemple une video qui montre bien la phase de transition vécue par l’artiste entre Introspection et Jaillissement de la danse.

Céline en tant que prof de danse. permet aux artistes de développer leur créativité par le biais du butoh et de l’expression corporelle.

Céline explore l’art sous toutes ses dimensions puisqu’elle écrit (2 de ses livres sont sortis ce mois ci), compose pour elle et pour les autres.

Elle danse, chante et peint depuis son plus jeune age. Elle a également été managée par l’agence Studio Look lorsqu’elle était ado période où elle a participé à de nombreux tournages. Aujourd’hui elle a donc 20 ans d’expérience artistique poussée! C’est une artiste complète ! Vous pouvez voir son site ici

TABOU SUR L’ENFANCE MALMENEE

Ce blog “parlons de la Vie” est fait pour en aborder les joies et les peines.

Coté peines, si certains de nos amis se plaignent de mauvais traitements subis dans leur enfance ils trouveront sur ce blog un espace pour s’y exprimer en toute liberté.

Cependant la difficulté est grande à exposer ainsi sa souffrance.

« cela me soulage réellement de t’en parler de vive voix mais je ne suis pas prête pour témoigner sur un blog » me disait une amie .

C’est très compréhensible car les faits à évoquer, même sans les détailler, pèsent lourd sur elle.

En creusant un peu on s’aperçoit que le fait d’impliquer ses « tortionnaires » engendre une notion de jugement. Comme il s’agit de parents ou de proches nous voulons bien évoquer les faits pour nous soulager, mais en aucun cas nous voulons juger nos propres parents ou notre proche famille.

Pourtant la maturité d’esprit c’est de rester objectif, c’est de savoir reconnaître les qualités et les défauts de nos parents et de nos proches.

Pour une guérison complète du traumatisme subi il est nécessaire de pouvoir porter un regard objectif sur les siens.

Un autre point important est  que le fait de ne pas évoquer nos souffrances ouvertement cautionne directement ceux qui nous ont fait souffrir. Ils restent inconnus, les actes qu’ils ont commis aussi.

Pour finir je tiens à dire que lorsque j’ai parlé moi-même, à des amis, des actes commis sur moi par mes proches dans mon enfance la réponse à toujours signifié « tu devais être un enfant difficile pour qu’on te fasse cela » reportant ainsi la faute sur l’enfant plutôt que sur l’adulte. .

Pourtant, en toute logique, même si cela avait été le cas, ces actes de cruauté physique et mentale, blessant l’amour propre de l’enfant, sont injustifiables. Le fait d’être dans l’impossibilité , aujourd’hui encore, d’en parler librement prouve, s’il en était besoin, que le mal subi dans l’enfance perdure et empêche, ainsi, de façon sournoise l’épanouissement personnel de la personne concernée.

Le Tabou est bel et bien là. Dans notre esprit, nos proches, nos parents, demeurent intouchables et ce sentiment est encore renforcé quand il s’agit de personnes décédées que nous avons tendance à idéaliser.

MARIAGE DANS UN JARDIN

Notre Pasteur et ami, Joseph, bénissant les époux

Image

Mariage dans un jardin, le 30 Juin, au Parc Floral.

 

Image

Cérémonie à la Mairie de Montmirail le 29 Juin.

Une chanson pour la circonstance:


Merci à Christiane pour les paroles de la chanson et à  Dominique pour la musique et l’interprétation.

Quelques photos:

La mariée dans le jardin

Camille et ses amis

La bénédiction avec les témoins

Bon appétit

les convives

La maman de Camille et le père de la mariée

Noé

Jeanne

des convives joyeux

Aurélien

Christiane, la Maman de la mariée

 

La capabilité

 

Voir la vie et les possibilités qu’elle nous offre  sous un angle différent est un thème qui m’est cher. Je tiens à faire partager ce concept philosophique avec vous en vous proposant un extrait de l’article paru dans PHILOSOPHIE MAG N°44

Le 01 Novembre 2010, entretien:

Amartya Sen : « supprimer l’injustice partout dans le monde »

Prix Nobel d’économie pour sa lutte contre la pauvreté, Amartya Sen est aussi philosophe dans la tradition de Condorcet. Il a inventé le concept de « capabilité », qui évalue les possibilités offertes aux individus d’exercer leur liberté. Sa réflexion sur la justice sociale, nourrie de son expérience de la colonisation, remet l’individu au centre de ses préoccupations, loin de tout dogmatisme.

Un de vos concepts majeurs est la « capabilité ». Comment la définissez-vous ?

Le terme le plus proche, c’est celui qu’utilise Aristote, la « dynamis », et qu’on traduit souvent en anglais par « capacity », et en français par « puissance ». La capabilité concerne la vie humaine, pas exactement la manière dont les vies humaines se passent en fait, mais le degré de liberté dont on dispose pour mener un autre genre de vie. Si vous pensez que la vie que vous menez n’est pas bonne, est-ce que vous pouvez la changer ? Est-ce que vous pouvez en avoir une autre ? Voilà l’idée, et il me fallait un terme plus large que la liberté ou le pouvoir. Quelqu’un veut acheter une Rolls. A-t-il la liberté d’acheter une Rolls ? Oui, il en a la liberté. Est-ce qu’il a la capabilité d’avoir une Rolls ? La réponse est non. La capabilité est liée à la liberté, et j’accorde une grande importance au fait de ne pas être empêché de faire quelque chose. Il reste quelque chose de l’idée libertarienne d’oppression ; pour avoir grandi sous l’Empire britannique, l’oppression est quelque chose que je connais. On pourrait dire que la capabilité est l’équivalent du pouvoir. Mais le terme de « pouvoir » a souvent un sens conflictuel. Donc j’avais besoin d’un nouveau mot, qui se rapporte à la liberté substantielle dont disposent les gens : ce qu’ils sont effectivement capables de faire, ce qu’ils peuvent se permettre de faire, ce qu’ils ont les ressources de faire. Et ça dépend de votre richesse, de votre éducation, du type de société dans laquelle vous vivez. L’approche de la capabilité se concentre sur la vie humaine, et pas seulement sur les commodités qu’on en a détachées, comme les revenus ou les produits de base que quelqu’un peut posséder. Elle propose d’abandonner la focalisation sur les moyens d’existence pour s’intéresser aux possibilités réelles de vivre.

Extrait des propos recueillis par Martin Legros

Consulter l’article complet  paru dans philosophie magazine :

http://www.philomag.com/article,entretien,amartya-sen-supprimer-l-injustice-partout-dans-le-monde,1324.php

Une séance d’enregistrement

En ce dimanche après-midi de fin Février nous allons, Céline – Camille – Christiane et moi, chez notre voisin Dominique qui a comme hobby de mettre en paroles et en musique ses émotions, sa bonne humeur et sa façon de ressentir la vie. Dominique met également en musique les paroles que lui apporte Céline, » un travail à plein temps » pour lui qui en deux mois a mis en musique, chanté et mixé une dizaine de chansons sur les paroles de Céline qui n’arrête pas d’en produire. Le sous sol de la maison est devenu l’antre de ce technicien musicien : amplis à lampes (fabrication maison) baffles géants, micro, table de mixage, guitares Fender et Gibson… Le but de ces sympathiques retrouvailles est d’enregistrer « L’APPART » titre trouvé par Dominique, qui est plutôt un tendre, car mon titre d’origine « LA VIOLENCE » était pour lui trop …violent, ensuite Céline doit enregistrer « LAISSE BRILLER » qu’elle a écrit et composé.

Céline répète deux fois « L’APPART ». Nous trouvons tous sa voix trop douce, pour les paroles de la chanson. Céline propose de se désinhiber en faisant une pause alcool. « On comprend pourquoi les chanteuses finissent alcooliques » s’exclame Camille – rire général. Nous allons sous la véranda et pendant que Domi commence à préparer des cocktails on entonne une de ses chansons « je vais dans le frigo chercher des glaçons, pour mettre dans le pot rempli de Bourbon » puis après une demi-heure de rigolade Céline recoiffe le casque. Domi envoie la musique et Céline nous la joue bien violente, on pense tous à BB chantant « en Harley Davidson » nous sommes tous d’accord sur le style qui colle bien aux paroles (merci à Martini). La chanson est en boite en une prise. On la ré-écoute, on la trouve tous super pour le thème dur de l’enfance malmenée. « maintenant la fille violente va nous interpréter une douce louange dont elle a le secret ». Céline à un peu de mal à caler sa voix sur la musique.

Deux répétitions (mais pas de retour sous la véranda) et la mise en boite se fait en deux prises. On ré-écoute, Domi jouera sur la voix ce soir lors du mixage. Nous terminons l’après-midi devant la chaine stéréo constituée de six amplis à lampes en cascade et de quatre enceintes géantes. Les CD sélectionnés par Dominique pour la démonstration sont bluffants. Nous nous séparons en déclinant l’offre de Dominique de nous raccompagner en voiture… 400 mètres plus bas. Nous rentrons en marchant droit et en riant, ravis de cette après midi musicale et amicale.

« L’APPART » : 

 

 « LAISSE BRILLER » : 

 

L’enfance malmenée

Mon enfance s’est déroulée après la guerre. Enfant du Baby Boum j’ai eu la chance de connaître la nature calme et luxuriante de la douce France des années 50. 

L’été peu d’engins agricoles dans les petits champs de l’époque, avant les remembrements massifs, mais des bras mettant les bottes de paille en gerbes espacées régulièrement. La cabane du bouilleur de crus, la fête organisée autour de la machine à presser les pommes. Des routes, bordées de platanes, presque sans voitures, les granges ou les attelages sommeillaient en l’attente de la sortie dominicale…. 

Mes parents s’occupaient peu de moi, tintin pour l’affectif, ils avaient instauré une sorte de rotation pour me mettre à droite à gauche pendant les périodes de congés ou les moments pendant lesquels ils ne voulaient pas « m’avoir entre leurs pattes » : chez ma grand-mère qui habitait très près ou chez  la tante de Charentonneau, le parrain à Fontenay, la marraine à Franconville, la cousine de l’Yonne, les amis de l’Aigle, ceux de Domont et ceux d’Alfortville et bien sûr chez Antoinette à Sarrebourg qui m’a accueilli lorsque j’avais deux ans et à joué à être ma Maman. 

Le manque d’affection et les mauvais traitements psychologiques et physiques récurrents, infligés par mon entourage immédiat, m’ont inconsciemment fait aimer tout le reste et ma mémoire bouillonne de tous les bons moments passés à l’extérieur : avec toutes ces petites familles adoptives de quelques jours et aussi dans les rues et les cours du quartier de la Nation avec les copains ainsi que dans la cour de récréation de l’école primaire de l’avenue Bouvines. 

THERAPIE de l’enfance malmenée : 

se rappeler que la vie est toujours équilibre, qu’ il y a toujours l’envers de la médaille, et lorsque notre pensée va vers le triste la ramener, par un acte de vigilance mentale, immédiatement vers les bons souvenirs. 

Analyser les situations de l’époque et les dédramatiser. 

Visualiser les scènes pénibles comme si on en était le spectateur et non l’acteur concerné. 

En écrire un poème ou une chanson ou l’écrire simplement sur une feuille de papier pour éviter le refoulement.

Bienvenue !

Bonjour à tous !

Si vous tombez ici il y a fort à parier que vous avez tapé mon prénom et mon nom de famille dans Google!

Ce site est actuellement en construction, il parlera tout simplement de la vie:    les joies, les peines, l »amour, l’amitié et aussi de l’enfance, de l’adolescence, de la vieillesse en passant par l’age de la vie active.

Créé avant tout dans un but thérapeutique  » s’exprimer sur ce que l’on a subit dans l’enfance pour mieux s’en libérer » il est ouvert à tous ceux qui pensent, comme moi, qu’écrire les soulagera.

En attendant voici en introduction une précision sur le bonheur vu par Florence SAMSON écrivain:

Soyez vous-même, aimez-vous si vous ne voulez pas passer à côté du bonheur. Car une personne qui ne s’aime pas, qui n’est pas en paix avec elle-même ne peut pas aimer et passe, in fine, à côté du bonheur qui lui tend les bras. N’hésitez pas à dire à ceux qui vous sont chers que vous les aimez et n’oubliez pas de dire merci à ceux qui vous donnent, même s’ils ne s’en aperçoivent pas. Il faut savoir donner pour mériter de recevoir.

lire l’interview complet de Florence SAMSON sur sa vision du bonheur:  http://www.chercheursdebonheur.com/interview-bonheur-de-florence-samson

Pour en revenir à ce blog, la page » la vie en chansons » commence à prendre forme.

pour les autres pages n’hésitez pas à repasser plus tard: vous y trouverez prochainement un article sur les enfants malmenés par leur entourage, des moyens de surmonter les traumatismes qui en découlent à l’age adulte. Vous y  trouverz aussi des informations sur notre famille et ses activités.

Si vous êtes cependant trop impatient d’avoir des nouvelles de la famille SCHMINK, vous pouvez toujours consulter le site de ma fille ici.

A bientôt donc

Patrice

Navigation des articles